REFLETS 1 Extrait 1

Mathieu VIGNAL  salue votre visite sur ASA-TEXTES

Tous droits réservés pour tous pays par Mathieu VIGNAL©

Sociétaire SACEM N°1487267

REFLETS 1 (Extrait)

 

* Le couple arrive, main dans la main, et se tourne brusquement vers le public lui déclarant à l’unisson et avec enthousiasme :

 

Le couple :             – Nous, on s’aime !,

Et c’est presque à l’envers
du monde d’aujourd’hui.

 

* Le jeune arrive, allure nonchalante, il réfléchit à haute voix :

 

Le jeune :               – Trop de superficiel nous éloigne du ciel ;
Trop de gestes pour rien détruisent nos destins.
Ils parlent, parlent et saoulent, …, et le monde s’éloigne,
Tout se joue devant vous, notre pièce en témoigne.

 

* Ils marchent tous trois de long en large.

 

* Le jeune se retourne brusquement vers le public :

 

Le jeune :                – Garde la dynamique !,
La dynamiqu’ te dynamise,

C’est de la dynamite !

 

* Arrive l’homme, leur déclamant (partie pouvant être chantée) :

 

L’homme :              – Malgré vents et marées, nous croyons nos talents ;
Malgré des ventres vides, oh, nous croyons en nous ;
Quoi que ça fasse mal et que tous nous répètent,
Nous ne pouvions craquer car devant la beauté,
Devant nos convictions, ils ne comprendraient pas.

 

* La femme arrive, elle s’adresse à l’homme :

 

La femme :            – C’est la lumièr’ qui descendait,
Celle qui venait pardonner,
Qui nous disait de partager
Mais ne savait pas le crier !

Dis, redis leur qu’ils le pourraient,
Qu’il suffirait, s’ils le voulaient,
D’un peu plus d’amour et de paix.

 

* L’homme s’affole soudain, il a les yeux qui cherchent, il se montre très anxieux, il s’adresse à la fois à la femme et au public qu’il prend à partie ;

 

L’homme :             – Dites moi pourquoi,
Dites moi pourquoi,
Oui, dites moi pourquoi,

Mais dites moi pourquoi,

Les bombes, …, qui tombent, …, …, partout !

Il se reprend,

– Je ne comprend pas,
Je ne comprend pas,
Non je ne comprend pas,

Oh je ne comprend pas,

Dites moi, …, pourquoi pas, …, …, la paix !

 

* Le journaliste, assis à son bureau fixe de présentation du journal télévisé, dans un coin de la scène, l’air placide et toujours sans émotion :

 

Le journaliste :    – C’est pire ailleurs,

Pourquoi se plaindrait on ?

Tous droits réservés pour tous pays par Mathieu VIGNAL©

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *